Les protéines

L'importance des protéines dans l'alimentation de votre chat



Les chats étant carnivores, ils ont besoin d’une alimentation riche en protéines. On parle généralement d’environ 24% de protéines comparativement à 16% pour l'alimentation d'un chien. Le métabolisme du chat n’étant pas capable de s’adapter à une nourriture faible en protéine animale, il est important de vérifier la qualité des aliments qui compose sa nourriture afin de lui assurer une bonne santé et la longévité.


Le taux de protéine est toujours indiqué sur les emballages de la nourriture, mais ce chiffre n’est pas toujours fiable. Lorsque le produit est principalement composé de protéine végétale (maïs, gluten, etc.), qui sont des protéines incomplètes et souvent de mauvaise qualité. Parce que selon l’origine des matières premières et de la nature des traitements technologiques, la digestibilité de la protéine varie grandement. Les protéines animales sont plus digestibles que celles de sources végétales. Une alimentation trop riche en protéine de mauvaise qualité provoque des troubles digestifs chroniques donc le principal signal est des selles peu moulées et nauséabondes.


Les viandes blanches (porc, veau, lapin, volaille) et les viandes rouges (bœuf, cheval, mouton) possèdent environ le même taux de protéines, approximativement 20%, et ont une digestibilité similaire. La teneur en matière grasse est aussi très semblable. La seule véritable différence tient dans la nature des acides gras, beaucoup plus insaturés dans les viandes blanches que dans les viandes rouges.


Une alimentation principalement composée de protéine végétale est donc déconseillée. Une nourriture de qualité sera donc composée de farine de poisson, volaille ou de bœuf. Cependant, tout n’est pas si simple. En effet, la viande choisie pour faire la nourriture n’est pas toujours la meilleure et peut-être très concentré en collagène.


Le collagène est le nerf des viandes dures, principalement retrouvé dans le bœuf et le porc. Il est abondant dans les tendons, les cartilages, les os, la peau, les veines, les poumons, les mamelles et les yeux. Il est une protéine difficilement digestible et favorise les putréfactions dans le gros intestin du chat. Il en résulte une altération apparente des matières fécales (qui sont plus humides, plus abondantes, mal moulées, plus foncées et généralement très nauséabondes), ainsi qu’une résorption exagérée d’ammoniac et d’amine qui provoque une insuffisance hépatique et rénale. Cette résorption est surnommée « la maladie du rouge ».


Il est donc important de s’assurer que la nourriture de votre chat est produite par une compagnie fiable qui offre un produit de qualité. Dans le cas contraire, si les finances ne vous le permettent pas, priorisé la nourriture faite à base de volaille et de farine de poisson qui contiennent le moins de produits céréaliers possible. Votre chat aura plus de chance de vivre plus vieux et en santé.

 

 Voir: Sources et références